Daydreem

Cédric Villani
vendredi 31 mars 2017

Entretien avec Cédric Villani

Mathématicien de génie, lauréat de la médaille Fields en 2010 et directeur de l’Institut Henri-Poincaré, Cédric Villani nous a fait l’honneur de sa visite dans nos locaux parisiens.

Lui et le cofondateur et CEO de Rythm, Hugo Mercier, se sont entretenus en public pendant une heure, avant de laisser la parole à l’équipe pour une session de questions-réponses.

Nous avons le plaisir de partager avec vous le contenu de nos discussions, qui ont porté sur des sujets aussi vastes et divers que l’intelligence artificielle, le sommeil ou l’éducation. Bonne lecture ! N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour recevoir les dernières informations sur notre bandeau Dreem : son lancement est prévu cet été !

Quel regard portez-vous sur l’intelligence artificielle? La voyez-vous davantage comme une menace ou comme une opportunité ?

“Aujourd’hui, les méthodes utilisées par l’intelligence artificielle sont certes impressionnantes, mais comparées au cerveau humain, elles restent inefficaces à beaucoup d’endroits.

L’intelligence artificielle ne date pas d’hier. Elle voit le jour au milieu du 20ème siècle, à peu près à la même époque que l’ordinateur. Et pendant longtemps, elle évolue finalement très peu. C’est grâce aux progrès récents dans le domaine des statistiques qu’elle peut véritablement se développer.

L’intelligence artificielle fait aujourd’hui l’objet d’évolutions majeures, elle existe, c’est un fait. Elle suscite des fantasmes et des peurs, celle par exemple que les machines deviennent autonomes et incontrôlables. En réalité nous sommes loin de tout cela. Aujourd’hui, les méthodes utilisées par l’intelligence artificielle sont certes impressionnantes, mais, comparées au cerveau humain, elle restent inefficaces à beaucoup d’endroits. Elles sont extrêmement consommatrices d’énergie et de puissance de calcul, elles nécessitent, pour fonctionner, de lire les données un nombre incroyable de fois. Et puis contrairement aux êtres humains, il est très facile de les induire en erreur.

Il y a néanmoins un risque que l’intelligence artificielle crée un avantage concurrentiel énorme, par exemple dans une société où seulement certains acteurs auraient accès à cette technologie. A certains égards, les campagnes du Brexit et de Donald Trump ont été impactées par ces mécanismes.

Quels sont les grand défis qui attendent l’enseignement et l’éducation ?

“La base de l’éducation reste aujourd’hui la relation humaine qui existe entre élèves et professeurs.”

La société évolue très rapidement et la technologie y joue un rôle de plus en plus important. Cela touche bien sûr l’éducation. Toutefois, la base de l’éducation, son pilier, reste aujourd’hui la relation humaine que nouent élèves et professeurs. Un jour peut-être, l’intelligence artificielle pourra aider ou remplacer un professeur. Mais jusqu’à présent, les expériences mêlant intelligence artificielle et méthodes éducatives restent décevantes. Il y a quelques années, on annonçait que les MOOCS et autres méthodes d’apprentissage en ligne allaient révolutionner le système éducatif. Aujourd’hui, ces outils ne représentent qu’une très petite portion du système éducatif. Le fait est qu’ils ne sont ni plus efficaces, ni moins chers.

  • L’éducation reste un système où la relation d’humain à humain est primordiale. Par exemple, en l’absence d’une personne qui guide et accompagne les étudiants, on constate que beaucoup d’entre eux se démotivent et abandonnent. Le facteur humain joue un rôle très important.

  • Jusqu’à présent, les systèmes d’apprentissage en ligne ne sont pas assez personnalisés. Peut-être inventera-t-on un jour des machines reproduisant des émotions, comme dans le film “Her”, qui détecteront le niveau des élèves, leurs axes d’amélioration et la meilleure manière de les faire évoluer… On en est encore loin.

  • Enfin, aujourd’hui la technologie n’a pas prouvé qu’elle avait une grande valeur ajoutée dans une salle de classe. Cela crée beaucoup de distraction et n’aide pas les élèves à se concentrer ou à être attentifs.

Que pensez-vous de l’importance du sommeil et de notre produit, le bandeau Dreem ?

“Il y a tellement de gens qui souffrent de problèmes de sommeil. Il devrait y avoir de meilleures solutions que celles qui existent aujourd’hui…”

Le sommeil joue un rôle très important dans le processus de mémorisation et la consolidation des connaissances. Il y a tellement de gens qui souffrent de problèmes de sommeil. Il devrait y avoir de meilleures solutions que celles qui existent aujourd’hui. La technologie Dreem va dans le sens d’une médecine personnalisée, que beaucoup d’experts annoncent comme une révolution et dans laquelle l’intelligence artificielle jouera un rôle certain.

La technologie est en train de révolutionner notre connaissance du cerveau et nos capacités d’expérimentation. Par exemple, l’Académie de Médecine est en train d’étudier comment la personnalisation des traitements médicaux peut s’appliquer à la lutte contre le cancer.

Avec le bandeau Dreem, Rythm est très bien placé pour jouer un rôle dans ce domaine.

De manière générale, quelles sont vos sources de motivation ?

On ne peut pas expliquer rationnellement le travail d’un chercheur. Un chercheur est animé par un feu intérieur, une motivation interne irrationnelle. Vous sentez que c’est votre devoir, que vous devez de faire ce travail, qu’il faut aller dans cette direction. Cela ne s’explique pas.

Que faites-vous quand vous êtes bloqué sur un problème ?

Il n’y a pas de recette universelle face à un blocage. On discute beaucoup, on pense au problème nuit et jour, on travaille dessus. Parfois, l’illumination arrive au moment où l’on s’y attend le moins, dans un contexte inattendu, en se promenant dans la campagne ou simplement en traversant la rue. On doit préparer son cerveau de telle manière que la conscience et le subconscient soient tous les deux en éveil et impliqués dans la résolution du problème. Pour ma part, j’écoute beaucoup de musique en travaillant.

Quelles sont les différences entre l’apprentissage des mathématiques en Europe et aux États-Unis ?

La grande différence entre les systèmes éducatifs américain et européens est la notion de gratification et de punition. Un professeur américain va constamment s’efforcer de motiver ses élèves, de leur donner confiance en eux. En Europe, à l’inverse, les professeurs ont tendance à souligner davantage les erreurs que les progrès. En conséquence, les étudiants américains peuvent souffrir d’un excès de confiance en eux, là où les étudiants européens sont au contraire plus susceptibles d’en manquer.

Concernant les mathématiques, elles font moins peur aux élèves américains, mais l’enseignement des mathématiques y est aussi moins exigeant qu’en Europe. Chaque système éducatif a ses avantages et ses inconvénients. Il nous faut évidemment essayer de tirer le meilleur des deux.

Cédric Villani soutient Rythm dans sa mission d’améliorer le sommeil. Aujourd’hui, la privation de sommeil est devenue un phénomène épidémiologique dont les répercussions sur la santé sont critiques.

Le manque de sommeil est l’une des causes principales de l’anxiété, du stress, de la dépression et d’autres problèmes de santé allant de l’insomnie au burn-out, en passant par l’apnée du sommeil ou les difficultés sévères d’endormissement.

Le bandeau Dreem est la première solution active qui améliore la qualité du sommeil. Il associe des technologies de rupture à des années de recherche en neuroscience. Dreem s’apprête à révolutionner la manière dont nous dormons. Le lancement du bandeau Dreem est pour bientôt, inscrivez-vous à notre newsletter pour être le premier informé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En 2017

Préparez-vous à mieux dormir. DREEM arrive.

Soyez le premier informé